Sur la photo de gauche: Kwasi Adu-Amankwah, le Secrétaire Général de la CSI-Afrique et Wamkele Mene, le Secrétaire Général du Secrétariat de l’AfCFTA.

 

L’Organisation régionale africaine de la Confédération syndicale internationale (CSI-Afrique), soutenue par le Service de recherche sur le travail (LRS), ainsi que d’autres organisations de soutien au travail et ONG, mobilise des processus de recherche et d’apprentissage pour que le mouvement syndical en Afrique s’engage dans l’accord de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF).

Nous sommes aux prises avec la question de l’impact de l’ZLECAF sur les principaux paramètres de développement des nations africaines et les implications pour le mouvement syndical. Nous sommes intéressés par les stratégies que le mouvement syndical en Afrique peut adopter pour promouvoir les résultats de développement de l’ZLECAF.

Tout projet qui débute lorsqu’une pandémie mondiale se déclare sera confronté à des défis. Nous avons montré que le mouvement syndical peut avancer même dans ces conditions.

Nous avons élaboré un guide de l’ZLECAF adapté aux syndicats qui met en évidence les questions clés à débattre et à agir.

Les perspectives nationales sur l’ZLECAF sont les éléments constitutifs de cet accord de libre-échange. Notre travail a vu la production d’une série de rapports nationaux provenant du Tchad, du Ghana, de la Namibie, du Rwanda, de la Tunisie et également une exploration de la relation entre le commerce et l’économie informelle qui modélise les résultats pour le secteur manufacturier zambien.

Voici les messages clés qui ressortent de certains de nos travaux jusqu’à présent:

Ghana

Le Ghana dispose d’un programme de développement industriel solide avec un accent déclaré sur la fabrication.

La part de l’Afrique dans le commerce mondial a diminué de 6 à 3 % ces dernières années et le commerce intra-africain est faible par rapport aux autres régions du monde. Le soutien du gouvernement aux fabricants du secteur privé sera essentiel, par exemple en s’attaquant aux goulets d’étranglement en matière d’électricité, de crédit et d’infrastructure.

La possibilité de création d’emplois peu qualifiés et de niveaux d’exploitation plus élevés souligne l’importance des droits du travail en tant que dimension de l’ZLECAF. Des systèmes de relations industrielles et des syndicats qui fonctionnent bien peuvent limiter l’exploitation, ce qui nécessite également le soutien des gouvernements.

Namibie

  • Ce travail souligne l’importance des blocs commerciaux, tels que l’Union douanière d’Afrique australe (SACU), lorsqu’il s’agit de réfléchir et de s’engager dans l’ZLECAF. Il s’ensuit que la solidarité et l’engagement régionaux sont essentiels pour une mise en œuvre et des résultats équilibrés de l’ZLECAF.
  • Nous devons continuer à évaluer les différentes dimensions de l’ZLECAF, y compris le genre et l’environnement, qui ne sont actuellement pas mis en avant dans les négociations.
  • Le commerce et le travail sont indissociables.
  • Il devrait y avoir une charte sociale attachée à l’ZLECAF.

Tunisie

  • Le travail souligne que le mouvement syndical africain est un garant potentiel d’une mise en œuvre équilibrée de l’accord et préconise l’intégration de leviers de solidarité Sud-Sud comme une mesure importante à cet égard.

L’économie informelle et le commerce (le cas de la Zambie)

  • Les recherches suggèrent que la réforme du commerce (telle que la réduction des tarifs douaniers) peut réduire le travail informel et soutenir la formalisation.
  • Le travail reconnaît l’importance de l’économie informelle, qui ne peut et ne doit pas être écartée dans le contexte africain, et propose des recommandations structurelles pour rendre l’économie informelle plus compétitive.

Une mise à jour du Secrétariat de l’ZLECAF

  • La phase deux des négociations de l’ZLECAF n’a pas encore commencé.
  • 54 pays sont signataires de l’ZLECAF, à l’exception de l’Érythrée.
  • 42 pays ont ratifié l’ZLECAF et 39 États parties sont enregistrés auprès de l’ZLECAF.
  • 43 pays ont soumis des offres tarifaires.
  • 29 des 43 pays sont prêts à commencer à commercer dans le cadre de l’ZLECAF.
  • La directive ministérielle permettant aux membres de mettre en œuvre l’ZLECAF est en attente de finalisation.
  • Des progrès ont été réalisés en matière de règles d’origine et 87% des lignes tarifaires ont été approuvées (à l’exception du textile qui est un domaine délicat et il reste du travail à faire dans le secteur automobile). La manière dont les règles d’origine se rapportent aux zones économiques spéciales (ZES) reste également à résoudre.
  • 43 des 55 pays ont soumis des offres concernant le commerce et les services.
  • Les modalités de négociation du protocole sur l’investissement sont encore à l’étude et un projet de protocole sur l’investissement n’a pas encore vu le jour.

Notre travail s’inscrit fermement dans un agenda partagé pour un développement africain qui respecte les droits des travailleurs, ou plutôt, où les droits des travailleurs, les syndicats et les relations industrielles sont compris comme des mécanismes permettant d’assurer une transition commerciale juste dans l’ZLECAF. Par exemple, les règles d’origine sont essentielles. Les syndicats sont des mécanismes de contrôle et de respect des aspects clés de l’ZLECAF tels que ceux-ci.

Les possibilités de l’ZLECAF sont immenses et façonneront le paysage pour les décennies à venir, mais les résultats en matière de développement et de justice ne sont pas garantis – ils doivent être forgés dans un engagement continu.

Le mouvement syndical en Afrique a encore beaucoup à dire sur cet accord commercial.

Une délégation de la CSI-Afrique a visité le Secrétariat de l’ZLECAF au Togo en octobre 2021 et a exprimé les préoccupations du mouvement syndical concernant l’accord et les processus de l’ZLECAF.

Pour la CSI-Afrique : Kwasi Adu-Amankwah (secrétaire général) ; Kwabena Nyarko Otoo (directeur de l’Institut de politique et de recherche sur le travail) ; Sylvester Bagooro (chargé de programme au Third World Network-Africa).

Pour le Secrétariat de l’ZLECAF : Wamkele Mene (Secrétaire Général) ; Peter Joy Serwornoo (Conseiller du Secrétaire Général)

 

 

Lire aussi:

Pourquoi les syndicats doivent-ils s’inquiéter de l’accord de libre-échange continental africain?

L’impact possible de l’AfCFTA en Namibie et les implications pour les travailleurs

 

 

 

Trenton Elsely

Trenton Elsley est le directeur exécutif du Labour Research Service. Les intérêts de Trenton comprennent la démocratie, la société civile, la politique d'organisation et de représentation des syndicats, le monde du travail et les entreprises multinationales.