août 16, 2021
By:
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) est mise en place par les 55 États membres de l’Union africaine. L’accord AfCFTA vise à créer un marché unique pour les biens et les services et à promouvoir la circulation des capitaux et des personnes.

Retour en arrière

L’AfCFTA a été proposé lors de la 18e session de l’Union africaine (UA) en Éthiopie en 2012. Six ans plus tard, le 21 mars 2018 au Rwanda, 44 chefs d’État ont officiellement signé l’accord sur l’établissement du libre-échange continental africain. D’autres pays ont depuis signé l’accord.

Selon l’article 23 de l’accord, l’AfCFTA pouvait entrer en vigueur 30 jours après sa ratification par 22 pays. L’accord est ensuite entré en vigueur le 30 mai 2019.

Liste des pays qui ont signé et ratifié l’accord

Baromètre de la ratification

 

Dans toute l’histoire de l’UA, c’est l’un des exploits les plus impressionnants. Il a fallu un an et dix jours, un record, pour atteindre le seuil de ratifications nécessaire au lancement de l’AfCFTA. Le Nigeria, la plus grande économie d’Afrique, a retardé la signature de l’accord. Le pays s’inquiétait du dumping et de l’impact qu’il aurait sur ses secteurs manufacturiers et agricoles naissants. Le Nigeria ayant finalement signé, la phase opérationnelle de l’AfCFTA a été officiellement lancée lors de la 12e session extraordinaire de la Conférence de l’UA au Niger le 7 juillet 2019.

ETUDE DE CAS: NIGERIA – le seul pays à avoir exprimé des inquiétudes concernant l’AfCFTA

« Les consommateurs et les négociants nigérians, ainsi que diverses industries du pays, notamment les services financiers et de télécommunications, sont susceptibles de bénéficier de l’AfCFTA et sont donc largement favorables à la participation du Nigeria à l’AfCFTA. Toutefois, ces parties prenantes sont moins bien organisées et moins influentes politiquement que les industries manufacturières du pays, qui sont plus sceptiques à l’égard de l’AfCFTA. Ayant longtemps bénéficié des importantes protections offertes par le régime commercial très restrictif du Nigeria, le secteur manufacturier a initialement fait pression contre l’AfCFTA et a exhorté le gouvernement à veiller à ce que le vaste marché intérieur du Nigeria ne devienne pas un « dépotoir » pour les produits étrangers, nuisant ainsi aux entreprises manufacturières locales qui doivent déjà faire face à un environnement commercial très défavorable ». (Woolfrey, Apiko & Pharatlhatlhe, 2019).

« On ne saurait sous-estimer l’importance de centrer les normes démocratiques dans la mise en œuvre de l’AfCFTA. Comme le montre le cas nigérian, un manque de consultation avec la société civile au sens large peut s’avérer être un obstacle. Malgré la participation active du Nigeria aux négociations et à la rédaction de l’accord AfCFTA, le gouvernement a pris la décision de dernière minute de ne pas signer l’accord en raison de la pression exercée par des parties prenantes telles que le Nigerian Labour Congress et la Manufacturing Association of Nigeria. Abuja a ensuite publié une déclaration citant la nécessité de s’engager dans une plus grande sensibilisation et consultation nationale avant de signer l’accord. Si un tel processus avait précédé le projet de signature de l’accord, le gouvernement nigérian n’aurait pas été empêtré dans une situation diplomatique embarrassante qui aurait pu être évitée.

Un autre facteur qui souligne l’impératif des normes démocratiques dans la matrice opérationnelle de l’AfCFTA est que l’indépendance et la qualité des institutions nationales telles que le système judiciaire, les agences parlementaires et technocratiques sont essentielles pour garantir que les citoyens bénéficient réellement de l’accord AfCFTA. Dans le même ordre d’idées, les choix concernant les barrières tarifaires et non tarifaires sont susceptibles d’affecter les citoyens de manière multidimensionnelle, ce qui leur donne le droit de s’engager. » (B. Fagbayibo, 2019)

L’arrivée de la pandémie de Covid-19 en 2019 a gravement perturbé la société et le commerce mondial. L’AfCFTA est l’un des nombreux processus au niveau mondial qui a déraillé à cause de la pandémie. Nous ne connaissons toujours pas les effets à long terme de la Covid-19. Ce qui est clair, c’est l’impact sévère des chaînes d’approvisionnement mondiales perturbées sur les pays africains. La question que nous devons nous poser est la suivante : quel sera l’impact de la pandémie sur les perspectives de l’AfCFTA pour relancer la croissance économique et le développement ?

L’AfCFTA est l’un des rares accords commerciaux à être entré en vigueur avant la fin des négociations. La date officielle d’entrée en vigueur de l’accord était le 1er janvier 2021 et la phase I des négociations a débuté en 2020. Tout en saluant la volonté politique affichée par les dirigeants africains, nous devons également considérer les risques d’avoir un accord de zone de libre-échange en vigueur légalement mais non opérationnel.

 

LA ZLECAf: DES DEBUTS A NOS JOURS?