août 16, 2021
By:
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Les communautés économiques régionales (CER) d’Afrique regroupent des pays d’une sous-région spécifique. Elles visent à faciliter l’intégration économique régionale. Les CER les plus puissantes englobent plusieurs pays couvrant une zone géographique large et contiguë. Cela s’explique par le fait que les pays concernés partagent généralement des aspirations économiques, une histoire et une culture similaires.

En 2019, il existait 15 dispositifs d’intégration régionale dont les membres de divers pays se chevauchent. Bien qu’elles soient formellement indépendantes, les CER ont une relation établie avec l’Union africaine (UA).

Accords commerciaux existants sur le continent africain, 2019

Source: Adapté de l’intégration économique en Afrique dans Abrego et al. (2020)

Exemples de communautés économiques régionales (CER)

L’UA reconnaît les huit CER suivantes:

Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)

Également connue sous le nom de CEDEAO en français et créée en 1975, la CEDEAO compte 15 pays membres pour une population totale de plus de 397 millions de personnes. Les pays membres sont le Bénin, le Burkina Faso, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Mali, le Niger, le Nigeria, la Sierra Leone, le Sénégal et le Togo. La CEDEAO compte deux blocs sous-régionaux appelés l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA en français) et la Zone monétaire ouest-africaine, qui regroupe les pays anglophones au sein de l’accord commercial.

Communauté d’Afrique de l’Est (CAE)

L’EAC est un accord commercial regroupant six pays de la région des grands lacs d’Afrique de l’Est. Les pays membres sont le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda, le Burundi, le Rwanda et le Sud-Soudan. Elle a été créée en 1967, dissoute en 1977 et réactivée en 2000. La CAE compte une population d’environ 177 millions d’habitants (1999).

Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC)

L’actuel accord de commerce et de coopération a été adopté en 1992, mais les origines de la SADC remontent aux années 1980. La SADC comprend 16 États membres, à savoir l’Afrique du Sud, l’Angola, le Botswana, les Comores, la République démocratique du Congo, l’Eswatini, le Lesotho, Madagascar, le Malawi, Maurice, le Mozambique, la Tanzanie, la Namibie, les Seychelles, la Zambie et le Zimbabwe. La SADC compte une population de 345 millions d’habitants.

Union du Maghreb arabe (UMA)

L’UMA réunit cinq pays d’Afrique du Nord et a été créée en 1989. Les États membres – Maroc, Algérie, Libye, Tunisie et Mauritanie – ont une population estimée à plus de 102 millions d’habitants en 2020.

Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA)

Le COMESA, qui compte actuellement 21 États membres, est immense et s’étend de l’Afrique du Nord à l’Afrique australe pour créer un marché de 583 millions de personnes. Il a été créé en 1994 et dispose d’une zone de libre-échange élargie couvrant la CAE et la SADC. Les pays membres sont le Burundi, les Comores, la République démocratique du Congo, Djibouti, l’Égypte, l’Érythrée, l’Eswatini, l’Éthiopie, le Kenya, la Libye, Madagascar, le Malawi, Maurice, le Rwanda, les Seychelles, la Somalie, le Soudan, la Tunisie, l’Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe.

Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC)

Composée de 11 pays membres francophones, lusophones et hispanophones, la CEEAC a vu le jour en 1985 mais est restée inactive pendant de nombreuses années. Elle aspire à intégrer l’Afrique centrale. Les États membres sont l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, la République du Congo, la République démocratique du Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, São Tomé et Príncipe et le Rwanda. La CEEAC a une population d’environ 121 millions d’habitants.

Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD)

La CEN-SAD compte 29 États membres et tous sont signataires d’autres CER en Afrique. Elle a été créée en 1998. La CEN-SAD espère créer une zone de libre-échange dans une région géographique qui chevauche les unions douanières envisagées par d’autres CER plus intégrées comme la CEDEAO et le COMESA. La CEN-SAD compte une population totale de plus de 658 millions d’habitants.

Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD)

Les huit pays membres de l’IGAD sont situés dans la Corne de l’Afrique (Érythrée, Somalie, Éthiopie, Djibouti), la vallée du Nil (Soudan, Sud-Soudan) et les Grands Lacs (Kenya et Ouganda). L’IGAD a été créée en 1996 et est issue de l’Autorité intergouvernementale sur la sécheresse et le développement (IGADD), qui se concentrait sur l’environnement et le développement. 70 % de la région de l’IGAD connaît des précipitations très faibles, tandis que les jeunes représentent la moitié des 230 millions de personnes couvertes.

La ZLECAf et les CER existantes: Quelle est leur place?

Tout d’abord, les CER existantes resteront en place et deviendront les éléments de base sur lesquels la ZLECAf sera construite. Il en va de même pour les unions douanières existantes, telles que l’Union douanière d’Afrique australe (SACU) et d’autres qui pourraient encore être en cours d’élaboration.

Deuxièmement, la manière dont tous les accords existants seront intégrés dans la ZLECAf n’est pas claire. Ce que nous savons, c’est que la ZLECAf a pour objectif à long terme d’intégrer toutes les CER dans une zone de libre-échange africaine unique. Au fur et à mesure que le ZLECAf s’établira, il sera nécessaire d’aligner davantage les politiques et de simplifier les règles entre les différentes CER. En attendant, les syndicats doivent prendre note des complexités et considérer les CER comme une nouvelle occasion d’affirmer leur influence et de développer des revendications.

Qui négociera avec qui?

Les experts utilisent le terme compliqué de « parallélisme par chevauchement » pour désigner la manière dont la ZLECAf est censée exister en parallèle avec les accords commerciaux régionaux existants. Ce terme est approprié et décrit une question incroyablement complexe. Le parallélisme qui se chevauche entre la ZLECAf et les CER est particulièrement complexe pour ce qui est de savoir qui négocie avec qui. Le problème principal est que les 15 CER ont des accords commerciaux et des unions douanières.

N’oubliez jamais les deux choses suivantes:

Premièrement, dans une zone de libre-échange (ZLE), chaque membre peut négocier individuellement les tarifs avec les pays extérieurs à l’accord et établir des taux différents. Le pays A, par exemple, peut négocier un tarif de 20 % sur le maïs avec la Chine, tandis que le pays B négocie un tarif de 5 %.

Deuxièmement, au sein d’une union douanière, les négociations doivent être menées en tant qu’entité unique représentant tous les membres. Si la ZLECAf établit une union douanière continentale, cela signifiera que là où le pays A et le pays B pouvaient auparavant négocier leurs propres taux avec la Chine, ils seront alors liés au taux négocié dans le cadre de l’union douanière de la ZLECAf.

Les syndicats doivent chercher à faire trois choses s’ils veulent développer des stratégies et des réponses appropriées pour le ZLECAf:

  1. Comprendre les complexités de la ZLECAf.
  2. Maintenir la solidarité mondiale par le biais des réseaux existants, tels que la Confédération syndicale internationale.
  3. Construire des réseaux de connaissances au niveau national. Les organisations de recherche sur le travail, les organisations de la société civile, les ONG et les institutions universitaires ne sont que quelques exemples de parties prenantes qui peuvent aider à établir une connaissance solide du ZLECAf.

Le Trade Law Centre (TRALAC) a réalisé un travail précieux sur le ZLECAf et nous vous recommandons de visiter son site web pour obtenir des informations supplémentaires sur le ZLECAf et les questions liées au commerce et à l’intégration en Afrique. Nous avons reproduit certaines infographies du TRALAC pour vous aider à démêler les complexités de qui négocie avec qui dans l’accord ZLECAf.

Avec qui la CEMAC négociera-t-elle?

 

Commerce avec les pays hors d’Afrique dans le cadre du ZLECAf

N’oubliez pas que le parallélisme qui se chevauche dans les CER a des répercussions sur le commerce avec les pays hors d’Afrique:

« Y a-t-il maintenant une opportunité de parler d’une voix collective lorsqu’il s’agit d’engager l’Union européenne (UE), les États-Unis (US), le Royaume-Uni (RU) et d’autres partenaires tels que la Chine, l’Inde et le Japon ? Ce sont tous des acteurs importants en Afrique et ils ont des projets pour accroître et consolider leur présence sur le continent. Il ne sera toutefois pas facile d’élaborer des stratégies communes sur la manière d’y parvenir. Les décisions du Kenya d’entamer des négociations avec les États-Unis sur un accord commercial bilatéral et de conclure son propre accord post-Brexit avec le Royaume-Uni ont rencontré une opposition considérable. La Cour de justice de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) est saisie d’une demande de révision de la décision kényane concernant un accord commercial bilatéral avec les États-Unis. L’argument avancé est que l’intégration intra-africaine et les règles de l’EAC (qui se veut une union douanière) seront mises à mal. »

~ Gerhard Erasmus, fondateur de TRALAC